Category Archives: Non classé

KONFERANSA LEHIBE NY ASABOTSY 24 JONA @ 15 h

KRISTIANA SY TANINDRAZANA 2 vertZanahary ô, tahio ny Tanindrazanay ;  fa hoy Ianao ;  Sambatra ny Firenena izay manana an’i Jehovah ho Andriamaniny  . (salamo 33:12)

Manasa ny Mpiray Tanindrazana rehetra hanatrika ny  KONFERANSA LEHIBE ; hiarantsika mandinika sy mifanakalo izay mahasoa,  ny Asabotsy 24  Jona akatoky ny fetim-pirenena ka Loha-hevitra 4 no ho dinihina ao;  ny ady amin’ny Fahantrana, ny Kolikoly, ny Tsy fandriam-pahalemana ary ny Fanompoan-tsampy  …izay azo foanana tsara raha misy ny Finiavana ,koa tongava maro , asao ny namana Tia Tanindrazana fa ny Fitiavana mahasarona fahotana maro….dia ho Tany sambatra ilay Madagasikaranay,

 

UNE FAMILLE BENIE

familleEnfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. Honore ton père et ta mère c’est le premier commandement avec une promesse). Et vous, pères n’irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur  (Eph 6 :  1 à 4)

Ah la famille ! Ce n’est pas toujours facile de vivre avec elle ! On l’aime mais on a parfois la sensation d’être étouffé par elle, on ne peut pas s’en passer mais on a de la peine à la supporter, on vit mal les séparations mais à côté de ça on préfère avoir des nouvelles via le téléphone ou internet, on se promet de tout se dire mais la vie des autres nous paraît souvent moins intéressante que la nôtre.

Mais à côté de ça elle nous est tellement précieuse. N’est-ce pas agréable de partager les bonnes nouvelles, un projet qui se réalise, un bon repas, des vacances ? N’est-elle pas indispensable dans les moments difficiles, pour se soutenir ensemble, pour pleurer ensemble ?

Et si nous considérions la famille comme un cadeau de Dieu et non comme un boulet que nous devons traîner ? Et si nous considérions la famille comme un trésor dont Dieu nous demande de prendre soin ? Et si nous considérions la famille comme un vase fragile que Dieu a placé dans nos mains pour la protéger ?

La famille tient une place unique dans le projet de Dieu pour l’être humain. La famille peut être un véritable refugequand on s’y sent en confiance et compris. De même que Dieu demande aux couples de s’aimer, il demande aussi aux parents d’aimer leurs enfants et aux enfants d’honorer leurs parents.

Une famille unie tant émotionnellement que spirituellement est une force que Dieu peut utiliser pour sa gloire.

La famille chrétienne sert Dieu ensemble, dans sa foi, dans son témoignage, dans ses actions au service de son prochain… C’est pourquoi la vie spirituelle familiale est très importante. Si Dieu est au centre de notre famille par la prière, notre famille ne peut qu’en être plus unie et plus forte. Et pour vivre pleinement cette réalité, il est bon de placer le Père de toutes les familles au cœur de la nôtre. Prier pour remercier, pour remettre, pour confier des projets.

Prendre le temps pour sa famille, partager avec chacun de ses membres, s’attarder sur le plus fragile pour le sortir d’une situation délicate, renforcer le lien avec chacun, mettre en valeur les qualités et les dons individuels.
Dieu nous donne une responsabilité à chacun au sein de cette cellule familiale : prendre soin les uns des autres. Jésus lui-même alors qu’il était cloué sur la croix a pris le temps de confier sa mère au disciple Jean.

Quand nous prenons le temps de prier pour les membres de notre famille, Dieu la bénit. N’ayons pas peur de dire à ceux que nous aimons que nous prions pour eux, que nous demandons à Dieu de les porter, qu’ils ne sont pas seuls. En faisant cela nous renforçons les liens entre nous et ainsi nous luttons contre les agressions de Satan.

Il nous faut particulièrement veiller à nos foyers, à nos familles et à nos vies pour qu’il ne s’y introduise pas et pour cela n’hésitons pas à nous protéger avec des armes telles que l’amour fraternel, le soutien familial, la prière et la vie spirituelle partagée en famille, ne pas laisser une fenêtre ouverte par une colère entretenue, ne pas laisser filtrer un refus de pardonner, ne pas banaliser les relations, ne pas abuser de son autorité ni manquer d’écoute, de compréhension et de respect.  » Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné mais un esprit de force, d’amour et de sagesse  » (2 Timothé 1v7).

Plaçons notre famille au centre de nos préoccupations et de nos prières et laissons Dieu la rendre plus forte et plus unie que jamais…

Antso Fifadian-kanina 21 andro ; Ny 05 Febroary izao ka hatramin’ny 26 .

ADORATIONMiantso antsika Kristianina rehetra hanao Fifadian-kanina mandritry ny 21 andro indray , hiarahantsika rehetra izay mangetaheta te hivavaka, manomboka ny 05 ka hatramin’ny 26 Febroary izao.

Ho anao izay te halala ny antony ; dia mba vakio  ny bokin’i  Daniela 10  manotolo.

Mifady hanina ny tontolo andro nefa afaka misotro rano ihany,  ny hariva kosa dia mihinana légumes fotsiny .

Daniela 10.2  Tamin’ izany andro izany izaho Daniela dia nisaona roatokom-bolana mipaka.3 Tsy nihinana hanim-py aho, sady tsy nanendry hena na divay ny vavako, ary tsy nihosotra diloilo akory aho ambara-pahatapitry ny roatokom-bolana mipaka.

Mandritra izany fotoana  andro izany  dia manokana fotoana bebe kokoa hivavahana isika sy hamakiana ny Tenin’Andriamanitra .

Koa ho anao izay mangetaheta hanakaiky misimisy kokoa an’i Jesosy  Kristy, te handray hosotra vaovao, te hitombo aram-panahy, te ho afaka amin’ny fatorana rehetra izay ataon’ny devoly satana, manentana anao am-pitiavana izahay, hanetry tena sy hitady ny tavan’ny Tompo , hiara hivavaka isika, raha eto Europa no misy anao dia azonao atao ny miaraka mivavaka aminay  isan’andro, misy laharana an-tariby afahanao manaraka izany mivantana ka antsoy izahay eto amin’ny Radio agapé, na koa mila fanazavana fanampiny ianao, ho tahin’ny Tompo ary é

Ny Mpitandrina sy mpandrindra

tel : 01 4 1 60 06 63

MIARAHABA ANTSIKA TRATRY NY TAONA 2017

BB Fifaliana ho anay tompon’andraikitra eto amin’ny Fiangonana, radio Agape,  ny miarahaba anao nahatratra izao taona vaovao 2017 izao. Mirary ny fitahian’Andriamanitra feno ho anao sy ny ankohonanao izahay.

Hafatra ho antsika avy amin’ny Tompo Jesosy ; Apokalypsy 3 : 8  Indro efa nasiako varavarana mivoha eo anatrehanao, ka tsy misy maharindrina azy. Teny napetraky ny Tompo tato am-ponay ary nasainy zaraina ho an’ireo izay tia Azy ka vonona ny hanaraka sy hanao ny sitrapony. Ny varavarana rehetra teo amin’ny lafim-piainanao  izay mety nanahirana anao, nihidy mafy tsy nety nivoha, tsy nahitanao vahaolana mihintsy . Amin’ity taona raha mino io teny voalaza io ka manaraka tsara izay voalazany  dia ho hitanao ny voninahitr’Andriamanitra. Amen

SPECTACLE de DANSE Samedi 17 Déc 2016 à 15 à Paris

LPC_17_12_2016

NE PLEURE PLUS

1_0_00028
On a souvent tendance à dire aux enfants de ne plus pleurer. On pleure souvent lorsque nos émotions sont trop vives et que nous ne réussissons plus à les contenir. On peut pleurer par compassion et pour diverses raisons : la mort d’un proche, le désespoir, etc.

Voici ce que déclare l’Éternel :
Jérémie 31 : 16
16 Ainsi parle l’Éternel : Retiens tes pleurs, Retiens les larmes de tes yeux; Car il y aura un salaire pour tes œuvres, dit l’Éternel; Ils reviendront du pays de l’ennemi.
La vision de Dieu

Dieu voit nos larmes et il nous encourage. Il nous dit de ne plus pleurer, car il nous a donné une promesse. Il ne dit pas qu’il ne faut pas pleurer, mais qu’il ne faut plus pleurer. Il faut continuer à croire la promesse de Dieu, même si celle-ci est devenue pour nous comme impossible. Le travail de notre âme, dans la prière, portera ses fruits. Il est écrit que Jésus rassasiera ses regards, après le travail de son âme, par la connaissance que les hommes auront de lui. Qui plus que Jésus a pleuré et souffert pour les hommes ? Jésus pleura. Oui, Jésus a pleuré et son âme a été en agonie pour atteindre la vision de Dieu, et après les pleurs est venu le résultat.

Pleurer pour notre vision, ou pour celle de Dieu ?

Il est important de ne pas pleurer pour notre vision. En fait, il faut se débarrasser de notre vision. Beaucoup pleurent pour des vanités, ou parce qu’ils ont emprunté un chemin qui n’est pas celui de Dieu. Les larmes qui devraient couler alors sont des larmes de repentance. Dieu redonnera de l’espoir à une telle personne, et la placera à nouveau sur le chemin de la vie. Pierre a pleuré amèrement, il avait trop confiance en ses propres forces et son propre raisonnement, et il a dû apprendre à s’humilier sous la puissante main de Dieu. C’est alors que Christ l’a relevé.

Lorsqu’il est trop tard

Parfois aussi, il arrive des situations où c’est trop tard. La mort d’un proche sans résurrection par exemple.

Matthieu 2 : 18
18 On a entendu des cris à Rama, Des pleurs et de grandes lamentations : Rachel pleure ses enfants, Et n’a pas voulu être consolée, Parce qu’ils ne sont plus.
Mais là encore, Dieu est présent par son Esprit pour nous fortifier. Le Consolateur vient vers nous pour apaiser notre douleur et nous rendre fort. Soyez fortifié maintenant au Nom de Jésus-Christ, recevez maintenant sa paix.

Pleurer pour ce qui en vaut la peine

Luc 23 : 28
28 Jésus se tourna vers elles, et dit : Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi; mais pleurez sur vous et sur vos enfants.
Jérémie 22 : 10
10 Ne pleurez point celui qui est mort, Et ne vous lamentez pas sur lui; Pleurez, pleurez celui qui s’en va, Car il ne reviendra Plus, Il ne reverra plus le pays de sa naissance.
Lorsqu’il est trop tard, il faut laisser les morts derrière nous, et avancer. Et maintenant, il faut pleurer sur ceux qui sont perdus, il faut pleurer en faveur de ceux qui souffrent, et il faut pleurer avec ceux qui pleurent. Mais sans oublier qu’ils sont encore vivants, et puisqu’ils sont vivants, il y a encore de l’espérance. Il n’est pas trop tard. Dieu peut encore les sauver, les guérir, les délivrer, et se glorifier. C’est lui qui le fera.

Nous pouvons pleurer pour la vision, comme Néhémie, comme Jérémie, comme bien des serviteurs de Dieu. L’apôtre Paul disait :

2 Corinthiens 12 : 21
21 Je crains qu’à mon arrivée mon Dieu ne m’humilie de nouveau à votre sujet, et que je n’aie à pleurer sur plusieurs de ceux qui ont péché précédemment et qui ne se sont pas repentis de l’impureté, de l’impudicité et des dissolutions auxquelles ils se sont livrés.
Il est bon de pleurer pour la vision, mais toujours en croyant que Dieu agira.

Les lamentations

Le livre des Lamentations nous montrent les souffrances invisibles du prophète, les souffrances privées vécues dans la maison. C’est là, dans la chambre de prière, que ces souffrances se manifestent avec des pleurs et beaucoup de larmes. Jérémie a souvent vécu cela. Il dira : “Pour tout cela, je pleure ; j’éclate en longs sanglots… Mes yeux s’épuisent à verser des larmes et l’émotion me brûle ; tout courage me quitte à cause des malheurs qui ont frappé… Le coeur du peuple crie vers le Seigneur. Muraille de Sion, laisse couler tes larmes jour et nuit comme un fleuve ! Ne t’accorde aucune relâche. Que ton oeil n’ait pas de repos ! Debout, que tes supplications s’élèvent dans la nuit ! Épanche ton coeur comme l’eau devant la face du Seigneur !… Mes yeux pleurent sans cesse, ils n’ont aucun répit jusqu’à ce qu’enfin l’Éternel, du haut du ciel, regarde et voie… L’Éternel est plein de bonté pour ceux qui ont confiance en lui, pour ceux qui se tournent vers lui. Il est bon d’attendre en silence de l’Éternel la délivrance”.

Le prophète pouvait pleurer souvent, mais il terminait sa prière en déclarant sa confiance fidèle en Dieu. Si vous devez passer par les lamentations, n’oubliez jamais, après avoir déposé vos besoins ou ceux de la vision à Dieu, de lui déclarer votre confiance. Car il agira.

Quand il n’y a plus d’espoir apparent

Parfois, on a l’impression que tout est fini, mais Jésus dit : “Pourquoi faites-vous du bruit, et pourquoi pleurez-vous ? L’enfant n’est pas morte, mais elle dort”. Après la mort de Jésus, tout paraissait un échec, et les onze disciples “s’affligeaient et pleuraient”. Jésus leur apparut et leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur coeur, parce qu’ils n’avaient pas cru. C’est pourquoi, nos pleurs ne doivent pas contredire la Parole de Dieu, mais au contraire s’appuyer sur cette Parole pour espérer encore.

La différence entre ceux qui vivent pour Dieu, et les autres

Les incrédules seront jetés dans les ténèbres du dehors, où il y aura beaucoup de pleurs, mais nous qui pleurons, nous serons consolés et dans la joie. Jésus a dit que nous pleurerons et que nous nous lamenterons, pendant que le monde se réjouira, mais il a promis que notre tristesse se changera en joie. Marie se tenait dehors près du tombeau de Jésus et pleurait. Elle pensait que Jésus avait été enlevé, mais Christ se présenta à elle vivant pour lui annoncer une Bonne Nouvelle. Oui Jésus-Christ est vivant, et il faut aller l’annoncer à tous !

Un principe de vie

Dieu nous donne un principe de vie : Désormais, que ceux qui pleurent vivent comme s’ils ne pleuraient pas. C’est pourquoi, que vos larmes sèchent, que votre âme soit apaisée, et que votre cœur garde courage, un courage complet en Dieu, car il agira, il le fera. Fidèle est son Nom.
Jérémy Sourdril

Dieu donne la guérison

sitranaC’est une joie pour moi de pouvoir partager une pensée qui vient directement de Dieu, à travers sa Parole. J’aimerais lire avec vous ce passage du livre de Jérémie où Dieu lui-même nous dit :

2 Ainsi parle l’Eternel, qui fait ces choses, L’Eternel, qui les conçoit et les exécute, Lui, dont le nom est l’Eternel : 3 Invoque-moi, et je te répondrai; Je t’annoncerai de grandes choses, des choses cachées, Que tu ne connais pas.

C’est ce Dieu-là qui désire faire quelque chose pour vous aujourd’hui. Il dit qu’il fait ces choses, qu’il les conçoit et qu’il veut les exécuter. Au verset 6, il promet une chose fantastique pour chacun d’entre vous qui souffrez dans votre esprit, dans votre âme ou dans votre corps :

6 Voici, je lui donnerai la guérison et la santé, je les guérirai, Et je leur ouvrirai une source abondante de paix et de fidélité.

LA BONNE NOUVELLE !

La bonne nouvelle, c’est que Dieu est bon et qu’il veut le meilleur pour nous. Et une des choses qu’il désire faire est de nous donner cette santé, que ce soit au niveau émotionnel, au niveau spirituel, mais aussi au niveau physique. C’est la raison pour laquelle, comme nous l’avons lu, il veut

exécuter ces choses. C’est lui qui les a conçues, il va libérer ce qu’il a prévu depuis longtemps, à savoir : La guérison.

La guérison n’est pas quelque chose de psychosomatique ou autre, c’est plus que cela. La guérison fait partie de la nature même de Dieu. Au début de sa Parole déjà, Dieu se révèle dans le livre de l’Exode comme l’Éternel qui guérit. Et c’est lui qui a conçu, c’est lui qui est le début, mais aussi la fin de la guérison. Depuis le commencement de ce qu’il veut faire dans votre vie jusqu’à ce que vous soyez en santé, c’est lui qui désire se manifester. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui, si vous êtes malade, que ce soit, comme je l’ai déjà dit, spirituel, émotionnel ou aussi physique, la bonne nouvelle c’est que l’Éternel qui guérit veut se manifester maintenant en vous de façon fantastique et désire vous donner une source abondante de paix et de fidélité.

UNE PRIÈRE POUR TOI QUI ES MALADE

J’aimerais simplement prier pour tous ceux qui nous regardent et qui sont malades parce que je crois que cette onction de vie, cette onction de guérison est à notre disposition, basée sur sa parole qui est une promesse. Si vous êtes malade, que ce soit d’une maladie curable ou incurable, maladie émotionnelle, psychosomatique, la bonne nouvelle, c’est que rien n’est impossible à Dieu. Si tu mets ta foi en lui, si tu crois en ce Dieu qui est la guérison, ce Dieu qui veut te donner la guérison, là maintenant où tu es, tu peux t’ouvrir à lui.

Je te propose de simplement lever les mains ou, si tu le désires, de mettre ta propre main sur la partie qui est malade et alors que tu fais ceci, j’aimerais invoquer cette présence de Dieu, du Saint-Esprit qui est un esprit de vie et de guérison.

« Je t’invoque Père, toi qui es celui qui guérit, toi qui est celui qui a conçu la guérison et qui veut exécuter la guérison pour tous ceux qui nous regardent et qui sont malades. Dans le nom de Jésus-Christ, je prends autorité sur tous les esprits méchants, tous les esprits mauvais, les esprits d’infirmité, je commande à ces esprits de quitter votre corps. Je te demande Père maintenant de venir alors que le Ciel est ouvert, alors que la grâce coule, qu’une source abondante puisse envahir les bien-aimés, tes enfants, les envahir d’une paix, du shalom. Ce « shalom » qui en hébreu ne veut pas juste dire paix comme on le traduit en français, mais qui parle de la prospérité, de l’abondance et de la santé. Maintenant, un fleuve abondant est en train de venir et de te toucher par la puissance du Saint-Esprit qui t’amène la paix dans ton âme.

Au nom de Jésus, tous ceux qui sont tourmentés, simplement maintenant, recevez la paix de Dieu. Tous ceux qui ont besoin d’être guéris, recevez maintenant le fleuve de vie qui vient du trône de Dieu, ce fleuve de guérison qui coule de Dieu qui lui-même est la source, l’auteur de la guérison. Recevez-le au nom de Jésus ! Je commande maintenant à tout membre, à tout organe de votre corps d’être saisi par la puissance de vie et de guérison au nom de Jésus. Je commande aux estomacs, aux cœurs, aux nerfs, aux articulations, aux muscles, aux os, d’être saisis par la puissance miraculeuse de guérison.

Au nom de Jésus-Christ, recevez maintenant cette promesse de Dieu pour votre propre corps, votre âme et aussi votre esprit. Par les meurtrissures de Jésus vous avez en cet instant la guérison par la puissance du Saint-Esprit.

Je ressens actuellement que plusieurs personnes ont des problèmes au niveau de la dépression. Elles souffrent au niveau émotionnel. Je crois à la parole de Dieu. Que ce soit la schizophrénie, la bipolarité, la dépression ou le burn-out, la présence de Dieu est là pour restaurer votre corps, votre âme qui a été blessée, endommagée. La parole de Dieu s’accomplit maintenant et il vous donne en cet instant la santé. Recevez cette santé au nom de Jésus pour retrouver de la force dans votre système nerveux, dans votre système émotionnel. Recevez-le au nom de Jésus-Christ, soyez guéris et bénis. Amen ! »

Pasteur Jean- Luc Trachsel

PRIÈRE QUI SECOUE L’ENFER

Quand le livre de Daniel fut écrit, Israël était en captivité par Babylone. Etarrivant au chapitre six, après une longue vie dans le ministère, Danielavait quatre-vingts ans
.
Daniel avait toujours été un homme de prière. Et maintenant, dans savieillesse, il n’avait aucune pensée de ralentir. L’Écriture ne fait aucunemention de Daniel étant usé ou découragé. Au contraire, Daniel nefaisait que commencer. L’Écriture montre que même alors que cetl’homme atteint quatre-vingt, ses prières secouaient l’enfer, mettant enrage le diable.Le roi Darius promut Daniel à la magistrature suprême dans le pays. Il était devenu l’un des trois co-présidents,dirigeant les princes et les gouverneurs de 120 provinces. Darius favorisait Daniel par rapport aux deux autresprésidents, mettant Daniel en charge de former la politique du gouvernement et enseignant toutes les personnesnommées pour le tribunal et les intellectuels. (Daniel 6:3)De toute évidence, Daniel fut un prophète occupé. Je peux à peine imaginer toutes les pressions exercées sur cepasteur, avec son horaire chargé et des réunions prenant beacoup de temps. Rien, cependant, pouvait enleverDaniel de ses moments de prière, il n’était jamais trop occupé pour prier. La prière restait son occupationprincipale, prenant le pas sur toutes les autres demandes. Trois fois par jour, il se sépara de toutes ses obligations,charges et exigences comme un dirigeant afin de passer du temps avec le Seigneur. Il simplement se retira detoutes les activités et pria. Et Dieu lui répondit. Daniel reçut tous sa sagesse, direction, messages et prophétiespendant qu’il était à genoux. (voir Daniel 6:10)

Vous vous demandez: Quelle est la prière qui secoue l’enfer?
Elle provient du serviteur fidèle, assidu, qui voit sa nation et son église tombant de plus en plus profondémentdans le péché. Cette personne tombe à genoux, criant: “Seigneur, je ne veux pas faire partie de ce qui se passe.Permet-moi d’être un exemple de ta puissance qui subsiste au centre de cette époque perverse. Cela n’a pasd’importance si personne d’autre ne prie. Je vais prier. »

Trop occupé pour prier?
Est-ce que vous dites, « Je viens le prendre par la foi »?
Vous pensez peut-être vous-même, “Dieu connaît mon coeur, il sait à quel point je suis occupé.
Je lui donne des prières par ma pensée tout au long de la journée. »
Je crois que le Seigneur veut des moments de qualité et sans hâte seul avec nous. La prière devient alors un acted’amour et de dévotion, et non pas seulement un moment de demandes.